Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Coming out

Le mariage gay, pas toujours rose dans les familles

28 Septembre 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Info général

Le mariage gay, pas toujours rose dans les familles

- Un petit rappelle sur le premier mariage gay en Normandie en 2004.

- 19 mai 2004 : Noël Caru, maire de Caudebec-lès-Elbeuf près de Rouen, annonce qu’il célébrera un mariage entre deux hommes, « même sans écharpe tricolore ».

- 1 juin 2004 : Franck Duhamel, l’un des futurs mariés de Caudebec-lès-Elbeuf, est violemment agressé par l’un de ses collègues de la CFTC, qui lui reproche la médiatisation de son mariage, « nuisible au syndicat ».

- 24 juillet 2004 : Thierry Decambeaux, 40 ans, et Franck Duhamel, 32 ans, se marient « symboliquement » à la marie de Caudebec lès Elbeuf, samedi 24 juillet, près de Rouen. Noël Caru, maire de la commune, a interrompu ses vacances pour officier lui-même, mais sans écharpe tricolore ni registre d’état civil. Les époux se déclarent fiers et heureux «de faire ainsi avancer les mentalités». Ils repartent avec un document non officiel signé par eux et les témoins.

Samedi à Bègles, le premier mariage entre deux homosexuels sera célébré. Fin juillet, à Caudebec-lès-Elbeuf, Franck et Thierry s'uniront à leur tour. Une décision qui provoque la joie mais sème aussi le trouble au sein des familles.

DU PLAN DE TABLE aux étiquettes (roses pour les femmes, bleues pour les hommes, jaunes pour les enfants) indiquant la place de la cinquantaine de convives, en passant par les alliances en or blanc, gravées de leur prénom respectif, Franck Duhamel et Thierry Decambeaux ont déjà tout préparé pour leur mariage qui devrait être célébré le 24 juillet en mairie de Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime). Après le très médiatique mariage de Bègles (Gironde) samedi prochain et celui de Marseillan (Hérault) annoncé pour le 19 juin, la cérémonie de Caubebec-lès-Elbeuf s'annonce comme les troisièmes noces homosexuelles de France.

Leur union sera bénite par un pasteur.

Soucieux de « ne pas se mettre hors la loi », le maire, Noël Caru (divers gauche), a prudemment fait savoir que « si la justice ne trouve rien à redire au mariage de Bègles qui fera jurisprudence, nous procéderons exactement de la même manière ici ». Seule différence notable par rapport aux autres célébrations : Franck, 32 ans, et Thierry, 40 ans, qui filent le parfait amour depuis sept mois, ne se contentent pas de passer devant M. le maire. Leur union sera bénite par un pasteur.


Respectivement permanent syndical à la Poste et responsable de chaîne en usine, Franck
et Thierry ont prévu d'inviter une cinquantaine de proches, famille et amis, à leurs noces.
Belle occasion de faire la fête, même si ce singulier mariage divise chacune des deux familles.
Benjamin d'une famille de neuf enfants, Franck - dont le père est décédé il y a cinq ans - a
demandé à sa mère et à l'une de ses soeurs d'être ses témoins pour le grand jour. Les deux femmes ont accepté volontiers. En fait, le futur marié n'avait guère le choix : aucun de ses autres frères et soeurs ne viendra à la cérémonie. Bien sûr, sa mère Monique, âgée de 64 ans, a pleuré lorsque Franck, à l'âge de 18 ans, lui a annoncé son homosexualité. Avant de se ressaisir par ces mots : « Tu seras toujours mon fils. » Et d'ajouter aujourd'hui : « Je suis très heureuse
qu'il veuille se marier avec Thierry. C'est bien. »


Mère de deux enfants, sa soeur Marie-Thérèse, âgée de 37 ans, est allée défiler avec lui à la Gay Pride de Rouen le 15 mai 2004. Aujourd'hui, elle défend le mariage homo avec ses arguments à elle : « L'homosexualité a toujours existé. Les gays qui paient des impôts comme tout le monde ne doivent plus vivre cachés. Je trouve normal que deux hommes puissent se marier. » Ouvrière dans une usine, Michèle, la mère de Thierry, avoue avoir reçu « une claque » lorsque son fils lui a annoncé, il y a six mois, qu'il quittait le domicile familial pour aller vivre, non pas avec « France » comme il le lui avait dit quelques jours auparavant, mais avec... Franck ! « Ça m'a fait drôle sur le coup. Mais c'est pas une maladie, ils s'aiment. »

Avant de confier sa joie d'avoir rencontré celui qu'elle appelle désormais « mon gendre ».

Le courant passe bien avec Franck, ce qui ne semble pas être du goût de son autre gendre, le mari de sa fille, qui a pris ombrage de cette belle entente. « Il m'a fait remarquer que je lui serre la main depuis dix ans alors que j'embrasse Franck que je ne connais que depuis six mois », raconte, visiblement éprouvée, Michèle.

Depuis quatre mois, la fille - qui aurait déclaré en apprenant l'homosexualité de Thierry « ce n'est plus mon frère ! » - et le gendrene donnent plus de nouvelles...

D'ici au 24 juillet, Franck et Thierry auront sans doute encore à modifier leur plan de table. Le 17 mai dernier, un de ses collègues de la CFTC a frappé Franck,déchirant ses vêtements et brisant son portable, après avoir dénoncé la médiatisation de son mariage.

Depuis, Franck a porté plainte pour « agression et propos homophobes » contre ce père
de famille qui non seulement était invité au mariage mais devait en outre être témoin de Thierry
!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article