Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Coming out

Publié depuis Overblog

25 Avril 2017 , Rédigé par coming out Publié dans #Hommage

Lire la suite

Champs-Elysées : Le policier tué adhérait à "Flag !", l'asso' des policiers et gendarmes LGBT

22 Avril 2017 , Rédigé par coming out Publié dans #Hommage

Xavier J., 37 ans, est mort dans la fusillade qui a éclatée hier soir sur les Champs-Elysées à Paris. Nous avons recueilli la réaction de Mickaël, président de Flag ! dont il était adhérent depuis plusieurs années.

Le drame est survenu sur l’une des artères commerçantes les plus célèbres au monde, en plein cœur de la capitale française. Hier soir, aux alentours de 21 heures, un homme se gare derrière un camion de policier, puis sort de son véhicule et ouvre le feu sur ses passagers. Xavier J. est au volant du camion (selon une journaliste de RMC), il meurt d’une balle dans la tête. L’attaque, au cours de laquelle deux autres policiers ont été blessés et l’assaillant abattu, a depuis été revendiquée par Daesh.

Selon Yves Lefebvre, secrétaire général d’Unité-SGP Police Force Ouvrière cité par L’Express, Xavier J. « avait fait toute sa carrière à Paris et était membre de la 32e compagnie d’intervention de la préfecture de Paris, une unité qui s’occupe du maintien de l’ordre dans la capitale. »

Mickaël Bucheron, également policier à Paris, est le président de Flag !Il a cofondé cette association qui représente les policiers et les gendarmes LGBT il y a quinze ans, avec son compagnon. Hier soir, il était justement en rendez-vous pour Flag ! quand il a appris la fusillade. Il contacte immédiatement des adhérents de l’association qui travaillent sur l’arrondissement pour en savoir davantage.

Quand j’ai compris que c’était quelqu’un de chez nous, c’était choquant. Lorsqu’un policier meurt en service, on est tous très émus et sensibles au drame qui survient. De le connaître et de savoir qu’il était membre de l’association, ça donne une toute autre ampleur… On met beaucoup de temps avant de comprendre. On n’a pas de mots…

Un policier engagé dans les actions de l’association LGBT

Selon Mickaël, Xavier était adhérent chez Flag ! depuis plusieurs années. Il était un membre actif de l’association qui soutenait régulièrement leurs actions malgré des obligations professionnelles contraignantes. Son collègue le décrit comme « quelqu’un de bien, gentil, professionnel et engagé. » Il était pacsé à son compagnon, lui aussi adhérant chez Flag ! bien qu’il ne soit pas policier. Depuis hier soir, l’association reçoit beaucoup de message de soutien, d’émotion et de condoléances – adressés à l’association et à son compagnon – de la part d’associations LGBT françaises, de leurs collègues européens réunis au sein de l’European Gay Police Association et des syndicats de police.

Ça ne le ramènera pas, mais c’est très touchant de voir qu’un certain nombre de Français.e.s soutient sa Police, est conscient des risques que prennent nos collègues tous les jours sur terrain et de la menace omniprésente qui peut peser sur eux.

Les policiers et gendarmes LGBT ont depuis annulé leur traditionnel Tea Dance. « Ça ne me semblait pas humainement possible d’aller danser dimanche soir alors qu’un de nos collègues est tombé hier soir », nous explique Mickaël. À chacune de ses assemblées générales, l’association Flag ! a l’habitude de respecter une minute de silence pour les policiers et gendarmes décédés. Ses membres réfléchissent encore à la manière d’honorer la mémoire de Xavier. Un hommage national lui sera rendu la semaine prochaine.

 

Lire la suite

IST : quels sont les premiers signes qui doivent nous alerter ?

19 Avril 2017 , Rédigé par coming out Publié dans #Santé LGBT

Les IST ou infections sexuellement transmissibles sont des maladies qui se transmettent très facilement lors de rapports sexuels avec des partenaires multiples. Comment les reconnaître ?

Contrairement au VIH qui ne se transmet que par le sang, le sperme ou le lait maternel, la plupart des autres IST passent par des relations sexuelles protégées ou non ou la salive, le baiser profond, le toucher, l’échange de sous-vêtements, etc. Brûlure pendant que l’on fait pipi, boutons anormaux ou démangeaisons lors des rapports, on passe parfois à côté malgré la douleur. Des fois, il n’y a même pas de symptômes (on parle d’IST asymptomatique). Une seule solution : le dépistage régulier évite de les transmettre, qu’elles s’aggravent ou de créer des portes d’entrée pour le VIH….

 

Les gays, plus que les autres

La progression des IST est très nette chez les gays et bisexuels : hausse de 100% des infections par le gonocoque, de 56% des syphilis précoces et de 47% des infections bactériennes rectales dites « LGV » (dues à une Chlamydia) entre 2013 et 2015. Plus de 80% des syphilis et près de 70% des gonococcies diagnostiquées en 2015 dans les structures spécialisées ainsi que la quasi-totalité des LGV rectales touchaient les HSH, indique encore l’agence.

En France, les contaminations au VIH sont pour 43% le lot d’hommes homosexuels, et ce chiffre augmente particulièrement chez les jeunes gays de moins de 25 ans : le plus grand nombre de partenaires chez certains homos, ajoutée à la plus grand proportion de gays ayant contracté le VIH et d’autres IST peuvent expliquer une partie de l’épidémiologie d’IST chez les gays. Certaines pratiques associées comme les lavements trop nombreux et trop appuyés, le fist-fucking ou les échanges de seringues, ou la consommation de certaines drogues sont également facteur d’aggravation des IST.

 

Comment les repérer ?

Si vous êtes gay et que vous avez des partenaires multiples, il convient de vous faire régulièrement dépister par des examens sérologiques (syphilis, gonococcie, etc), de vérifier que vos vaccins contre les hépatites A et B sont à jour et de faire une visite annuelle chez un proctologue afin de dépister d’éventuels condylomes qui pourraient faire le lit d’un futur cancer.

Il est assez facile d’ignorer une IST car parfois elles ne présentent aucun symptôme. Mais nous sommes aussi parfois un peu trop optimistes (voire négligents) lorsqu’on a le pénis qui brûle, pas le temps ou pas envie d’aller voir le médecin. Pourtant, elles peuvent s’aggraver et même augmenter les risques de VIH en créant des « portes d’entrée ». On ne badine donc pas avec les IST !

Certaines IST sont difficilement repérables comme le VIH ou l’hépatite, dont les premiers symptômes surviennent longtemps après la contamination. Mais d’autres MST sont plus facilement identifiables grâce à des signes précoces qui doivent immédiatement vous alerter :

  • C’est le cas notamment de la syphilis qui provoque une sorte d’ulcération quelques semaines après le rapport contaminant.
  • Si vous repérez des écoulements anormaux à l’extrémité du gland, vous êtes peut-être infecté par une gonococcie ou un chlamydiae.
  • D’une manière générale, tous les symptômes d’ordre génitaux que vous pourrez observer comme étant anormaux doivent être pris au sérieux, comme des douleurs lors des rapports ou en urinant, des lésions, boutons, odeurs nauséabondes, pertes ou autres démangeaisons et rougeurs non-habituelles sur les parties génitales ou anales.
    Si vous remarquez de tels symptômes, consultez immédiatement un médecin qui pourra vous apporter une réponse rapide.

En cas de diagnostic pour une IST, il est important que les partenaires soient informés afin de pouvoir profiter d’un dépistage et/ou d’un traitement.

Mais pas de panique inutile, la plupart se traitent très bien avec des antibiotiques ou des vaccins, ou des traitements plus abrasifs pour le HPV par exemple. Les IST ne signigifient pas la fin de votre sexualité. Ou en tout cas, pas définitif. Car mieux vaut faire une petite pause car elles se transmettent très facilement, faire un dépistage et se soigner avant de reprendre une activité sexuelle…

Le principal problème est que les médecins laissent parfois également passer ces petits désagréments en pensant que ce sont des petites démangeaisons… Le fait de connaître votre homosexualité peut aider à vous orienter vers les dépistages et traitements adéquats (et prendre la tension n’a jamais dépisté un condylome).

Pour le VIH, la syphilis, gonorrhée et chlamydia, on conseille :

  • Si vous avez moins de 10 partenaires sexuels en 12 mois: 1 dépistage IST par an
  • Plus de 10 partenaires sexuels en 12 mois: 2 dépistages IST par an
  • Chez les hommes porteurs du VIH, le dépistage IST et le contrôle de l’évolution de la syphilis devraient s’effectuer tous les trois à six mois lors des examens de routine.

Pour les hépatites, on conseille :  

  • Vaccination contre l’hépatite A et B
  • Gays ou bi porteurs du VIH : un dépistage annuel des anticorps VHC

Consultez le site Info-IST pour trouver un centre de dépistage : http://www.info-ist.fr/index.html

 

Comment se protéger ?

Si vous avez finalement appris que vous étiez contaminé par une MST ou IST, il convient bien entendu de traiter la maladie le plus rapidement possible, mais également de prendre les mesures nécessaires pour protéger votre entourage et vos prochains partenaires.
Dans une telle situation, il est généralement conseillé d’éviter tout rapport tant que l’infection n’a pas été entièrement éradiquée. Si vous êtes atteint d’une maladie longue ou incurable, les rapports protégés sont alors obligatoires, mais il faut également penser à en parler à vos éventuels partenaires.
Certaines de ces infections ne présentant de premiers signes que quelques mois après la contamination, il est préférable de contacter tous les partenaires sexuels que vous avez eu au cours des trois derniers mois pour les inciter à se faire dépister et soigner.

Le préservatif empêche de contracter celles qui se transmettent par relation anale mais les fellations étant très peu protégées, il est assez probable que vous rencontriez des IST sur votre chemin de gay… Se protéger avec un préservatif et du lubrifiant, et/ou la PrEP est efficace uniquement contre le VIH. Mais là encore, cela ne concerne pas les autres IST.

 

Si vous désirez obtenir plus d’informations sur les infections sexuellement transmissibles et sur la sexualité, vous pouvez contacter gratuitement Sida Info Service (0 800 840 800) ou Fil Santé Jeunes (0800 235 236).

Lire la suite

La Tchétchénie promet de "châtier" les journalistes qui ont révélé la purge anti-gay

15 Avril 2017 , Rédigé par coming out

 

D’éminentes figures religieuses et politiques tchétchènes ont promis de châtier les responsables de ces révélations, « où qu’ils soient et sans délai. »

Le 1er avril, Novaïa Gazeta nous ouvrait les yeux sur le cauchemar des homosexuels et présumés en Tchétchénie : plusieurs centaines d’arrestations depuis le seul mois de février, des hommes entassés dans des prisons secrètes et servant d’appât numérique pour capturer d’autres victimes. Mais aussi des tortures, des humiliations et du chantage primaire commandés par les autorités tchétchènes. Ainsi qu’au moins trois meurtres dont Novaïa Gazeta affirme détenir les preuves, tout en craignant un chiffre bien plus grand dans cette région du Caucase qui pratique toujours le « crime d’honneur ».

Les photos des blessures et les témoignages glaçants des rescapés ont depuis fait le tour du globe grâce à l’emballement des médias internationaux, bouleversant l’opinion publique et poussant les politiques à s’exprimer. Mais le journal lanceur d’alerte est désormais dans une situation dramatique.

Traquer et punir les « ennemis de la patrie »

Novaïa Gazeta révélait hier qu’une réunion d’urgence s’est tenue le 3 avril (soit 48 heures après la publication du premier article choc) à Grozny en Tchétchénie. « Des représentant de l’opinion publique, des représentants religieux, ainsi que les représentants des 24 wird [sous-branche d’une confrérie soufie, ndlr] » se sont rassemblés dans la mosquée centrale de la capitale (en couverture) pour discuter de ces révélations déjà portées en dérisions par les porte-paroles officiels de cette république constitutive de la Fédération de Russie.

Toujours selon le journal, un total de 15.000 personnes se serait pressé dans le lieu de culte surnommé « le cœur de la Tchétchénie », dans ce territoire à majorité musulmane. Au cours de cette réunion exceptionnelle, le journal a de nouveau été accusé de « calomnie » et tous ses employés ont été qualifiés d' »ennemis de notre foi et de notre patrie » par Adam Chakhikov en personne, conseiller du président tchétchène Ramzan Kadyrov. Surtout, la réunion a conclu à la résolution suivante :

Étant donnée les insultes subies envers les traditions, les fondements de la société tchétchène, et envers la dignité des hommes tchétchènes, nous promettons que les instigateurs subiront un châtiment, où qu’ils soient et sans délai de prescription.

Ces déclarations ont été relayées par les télévisions locales et font actuellement le tour des réseaux sociaux, attisant l’atmosphère de terreur. Le Grand Mufti tchétchène, qui représente la plus haute autorité religieuse du pays, a joint sa parole à ces menaces, rapporte un autre journal russe.

La molle défense du Kremlin

« Cela nous paraît évident : cette résolution encourage les fanatiques religieux au massacre des journalistes », s’inquiète désormais le journal qui a d’ores et déjà alerté le Kremlin. Le secrétaire de presse du régime, Dmitri Peskov, s’est pour l’heure contenté de répondre que « si des accusations calomnieuses ont été faites, il existe des moyens légaux pour les contrer. »

Depuis sa création, Novaïa Gazeta a déjà assisté impuissant à l’assassinat de cinq de ses journalistes dont la majorité travaillait sur la Tchétchénie. Pour cette raison, le journal d’opposition avait officiellement annoncé son retrait du pays en 2009. En dépit des menaces actuelles, l’équipe se dit déterminée à couvrir la persécution anti-gay car « le silence et l’inaction de tous les protagonistes qui ont pourtant le pouvoir d’agir deviennent complices de cette situation. Nous savons pertinemment que nous pouvons payer le prix fort. Les meurtres non élucidés d’Anna Politkovskaïa et de Natalia Estemirova en sont la preuve évidente », signait hier la rédaction.

 

Couverture : Extrait de « Grozny TV » diffusant les images de la réunion d’urgence selon Novaïa Gazeta

La Tchétchénie promet de "châtier" les journalistes qui ont révélé la purge anti-gay
Lire la suite

Site participatif

12 Avril 2017 , Rédigé par coming out Publié dans #Les projets et actions

Lire la suite

Logo

8 Avril 2017 , Rédigé par coming out

Nouveau logo de l'association.

Nouveau logo de l'association.

Lire la suite
Lire la suite

ENGAG' et VOUS

4 Avril 2017 , Rédigé par coming out Publié dans #Info général, #Les projets et actions

 

L'association sera présente a ENGAG' et VOUS.

 

 

Lire la suite