Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Coming out

SAUNA /CRUISING

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Ou sortir en Normandie ?

SAUNA /CRUISING

- LE SAUNA LE RIVE DROITE

177 routes de Paris

76920 Amfreville la Mivoie (76)

Téléphone

02 32 12 56 29

LUNDI : 12 H à 00 H - NATURISTE A PARTIR DE 19H30

MARDI - MERCREDI : 12 H à 00 H

JEUDI - VENDREDI : 12 H à 02 H

SAMEDI : 14 H à 02 H

DIMANCHE : 14 H à 00H

- Le kOx, Cruising Bar

4 impasse des Hauts Mariages, 76000, Rouen, (76)

Téléphone : +33 (0)2 32 08 40 66

- Le Square

39 rue Saint Nicolas, 76000, Rouen, (76)

Téléphone : 02 35 15 58 05

- Club 66

66 rue Bouvreuil, 76000, Rouen, (76)

Téléphone : 02 35 70 44 83

- Liberty X

65 rue de la République, 76100, Rouen, (76)

Téléphone : 02 35 98 04 73

Lire la suite

BAR /CLUB

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Ou sortir en Normandie ?

BAR /CLUB

-XXL

25-27 rue de la Savonnerie, 76000, Rouen, (76)

Téléphone : 02 35 88 84 00

Lire la suite

Harcèlement : des conséquences insoupçonnées sur le long terme.

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Lutte contre les discriminations

Harcèlement : des conséquences insoupçonnées sur le long terme.

Une chercheuse et thérapeute américaine avance une nouvelle théorie sur les conséquences du harcèlement à l’âge adulte.

Le harcèlement scolaire touche de nombreux enfants. Différence physique, orientation sexuelle supposée, niveau scolaire… le harcèlement se fonde sur le rejet de la différence et la stigmatisation de certaines caractéristiques. Aucun élève n’est à l’abris des critiques, pressions et brimades de ses camarades. Les élèves du primaire et du secondaire sont les plus touchés par le risque de harcèlement avec respectivement 12 et 10% d’écoliers qui en souffre contre 3,4% des lycéens, ce qui représente 700 600 élèves, d’après les chiffres du gouvernement.

Les effets dramatiques du harcèlement scolaire sur la santé physique et mentale des enfants sont bien connus : troubles du sommeil, décrochage scolaire, dépression, suicide… Autant de conséquences dramatiques que l’Éducation nationale prend très au sérieux. Ainsi, le ministère a mis en place un site dédié contre le harcèlement en milieu scolaire. Il existe même un journée mondiale de lutte contre le harcèlement scolaire, le 5 novembre.

Le syndrome post-harcèlement à l’âge adulte

De nouvelles recherches menées par Ellen Walser deLara, thérapiste de la famille et professeure en travail social à l’Université de Syracuse dans l’État de New York, mettent en lumière les conséquences du harcèlement sur le long terme et leur impact à l’âge adulte. La chercheuse a interviewé plus de 800 personnes âgées de 18 à 65 et elle a ainsi pu mettre en exergue un groupe de symptômes rencontrés le plus souvent et qu’elle a nommé : APBS pour « adult post-bullying syndrome » ou « syndrome post-harcèlement à l’âge adulte ».

La professeure deLara estime que plus d’un tiers des personnes qui ont été harcelées et qu’elle a pu suivre sont affectées par ce syndrome post-harcèlement. Cependant, elle souligne qu’il s’agit pour le moment d’une description et non d’un diagnostic précis :

Il faut considérablement plus de recherches et de chercheurs qui se penchent sur la question pour confirmer ce que nous entrevoyons.

Suite à ces maltraitances, les adultes atteints du APBS luttent avec leur estime de soi et leur capacité à faire confiance aux autres. Ils ont également plus de risques de développer des problèmes psychiatriques et des comportements à risque comme les addictions (drogue, alcool, nourriture…) pour surmonter ces traumatismes.

Un trouble proche du syndrome de stress post-traumatique

Selon la chercheuse, dans une certaine mesure, le APBS peut être rapproché du PTSD pour « post-traumatic stress disorder » ou « syndrome de stress post-traumatique ». Ce syndrome se retrouve chez des personnes ayant subi des expériences terriblement traumatisantes, lesquelles perturbent fortement leurs réponses combat-fuite (réaction de l’organisme face aux menaces et au stress).

Ces deux syndromes, APBS et PTSD, peuvent tous les deux mener à une anxiété et une colère durable, des addictions, une diminution de l’estime de soi et des problèmes relationnels. Cependant, les patients souffrants du APBS sont moins sujets aux accès de colère que les personnes atteintes du PTSD. Ils réagissent moins violemment et rapidement que ces derniers, « ils ruminent plus qu’ils éruptent », indique Ellen Walser deLara.

Des possibles conséquences « bénéfiques »

Cependant, la chercheuse a mis en exergue d’autres différences entre ces deux troubles. La distinction la plus surprenante est que les personnes victimes de harcèlement pourraient en tirer certains « bénéfices ». Ainsi, elle a pu observer que 47% des patients qu’elle a suivi ont développé un sentiment de force intérieur ou d’indépendance, tandis que d’autres ont cultivé une plus grande empathie ou un fort désir de réussir leur vie, à chaque fois en lien avec l’expérience douloureuse qu’ils ont vécu.

Néanmoins, Ellen Walser deLara souligne à nouveau la nécessité de pousser les recherches plus loin pour savoir si d’autres déterminants peuvent expliquer le développement de ces aptitudes tels que la génétique ou le soutien familial.

On ne connaît pas la réponse à la question qui est de savoir pourquoi certaines personnes qui sont harcelées étant enfant développent ce qu’elles considèrent comme étant un « bénéfice » en tant qu’adulte.

Certaines personnes ont un sens inné de l’optimisme ou tout du moins la capacité de se focaliser sur la chance qu’ils ont d’avoir laissé le harcèlement derrière eux. Toutefois, la résilience peut aussi s’apprendre.

Ne pas minimiser les effets du harcèlement

Enfin, la thérapeute tient quand même à rappeler que les dégâts causés par le harcèlement sont plus importants que les bénéfices. Même les patients qui pensent avoir développer des attitudes dites « positives » en réaction au harcèlement sont sujets à d’autres conséquences négatives.

Pour la professeure de l’Université de Syracuse, mieux connaître les effets à long terme du harcèlement et pouvoir nommer clairement ces expériences traumatisantes doit permettre une meilleure prise en charge des patients en développant des traitements et thérapies adaptés.

Le harcèlement, principalement en milieu scolaire, est de plus en plus mesuré et combattu. Cependant, une nouvelle forme de harcèlement apparaît, le cyber-harcèlement ou harcèlement en ligne. Mal connu, plus diffus, plus difficile à combattre, il est un des grands enjeux de prévention et de santé publique dans les années à venir.

sources : Par Jérémie Lacroix - 8 juillet, 2016 http://tetu.com/2016/07/08/harcelement-consequence-age-adulte/

Lire la suite

Question au gouvernement : lutte contre l'homophobie du 17/05/2016

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Lutte contre les discriminations

Question au gouvernement : lutte contre l'homophobie du 17/05/2016

Mardi 17 mai 2016 : séance de 15 heures.

Lire la suite

La semaine du tee- shirt rose

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Lutte contre les discriminations

La semaine du tee- shirt rose

La semaine du tee- shirt rose

- Pour la journée de la lutte contre l’homophobie, l’association COMING OUT organise la semaine du tee- shirt rose.

Du 16 au 22 mai 2016 pour montrer ton soutien dans la lutte contre l’homophobie porte un tee -shirt rose, et prend toi en selfie et publie le sur la page facebook de l’association.

Lire la suite

Basket et maths

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Lutte contre les discriminations

Basket et maths

Courts-métrages contre l'homophobie pour le projet Français "Jeune et homo sous le regard des autres" organisé par INPES et le Ministère de la Santé et des Sports.

Lire la suite

En colo (court métrage contre l'homophobie)

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Lutte contre les discriminations

En colo (court métrage contre l'homophobie)

Courts-métrages contre l'homophobie pour le projet Français "Jeune et homo sous le regard des autres" organisé par INPES et le Ministère de la Santé et des Sports.

Lire la suite

Arthur et Jonathan (court métrage)

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Lutte contre les discriminations

Arthur et Jonathan (court métrage)

Courts-métrages contre l'homophobie pour le projet Français "Jeune et homo sous le regard des autres" organisé par INPES et le Ministère de la Santé et des Sports.

Lire la suite

Qu’est-ce que l’homophobie ?

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Lutte contre les discriminations

Qu’est-ce que l’homophobie ?

Le terme homophobie, apparu dans les années 1970, vient de «homo», abréviation de « homosexuel », et de « phobie », du grec phobos qui signifie crainte. Il désigne les manifestations de mépris, rejet, et haine envers des personnes, des pratiques ou des représentations homosexuelles ou supposées l’être. Ce n’est pas une construction étymologique puisque « homo » ne renvoie pas au radical grec.

Est ainsi homophobe toute organisation ou individu rejetant l’homosexualité et les homosexuel-le-s, et ne leur reconnaissant pas les mêmes droits qu’aux hétérosexuel-le-s. L’homophobie est donc un rejet de la différence, au même titre que la xénophobie, le racisme, le sexisme, les discriminations sociales, liées aux croyances religieuses, aux handicaps, etc.

Une discrimination est une attitude, une action ou une loi qui visent à distinguer un groupe humain d’un autre à son désavantage. La lutte contre les discriminations est avant tout une démarche pour obtenir l’égalité en droit et en considération. Il ne s’agit pas d’obtenir des droits spécifiques ou des privilèges.

Le terme lesbophobie, apparu plus récemment, désigne les formes d’homophobie qui visent spécifiquement les lesbiennes. C’est une combinaison d’homophobie et desexisme.
Le terme de gayphobie, lui aussi plus récent,désigne les formes d’homophobie qui visent spécifiquement les hommes homosexuels.
Les termes de biphobie, désignant les discriminations et les manifestations de rejet à l’encontre des bisexuel-le-s, et de transphobie, à l’encontre des trans, sont souvent confondus à tort avec celui d’homophobie.

L’abréviation LGBT signifie lesbiennes, gays, bisexuel-le-s et trans.
« Faire son coming out » signifie annoncer son homosexualité.
« Outing » signifie l’annonce de l’homosexualité de quelqu’un sans son accord.

Lire la suite

L’homophobie, la biphobie, la transphobie, ça se manifeste comment ?

28 Juillet 2016 , Rédigé par coming out Publié dans #Lutte contre les discriminations

L’homophobie, la biphobie, la transphobie, ça se manifeste comment ?

Dans leur forme la plus violente, l’homophobie, la biphobie et la transphobie s’expriment par des violences physiques et peuvent dégénérer, de la bousculade, du passage à tabac, jusqu’au viol et même au meurtre.

Dans une forme plus quotidienne, elles se traduisent par des réactions, avouées ou non, de rejet, d’exclusion: injures verbales ou écrites, moqueries, humiliations, harcèlement, refus de service, dégradations de biens et discriminations. Elles peuvent aussi se manifester par des formes de commisération, de dédain ou faire l’objet d’un tabou.

Elles se manifestent dans tous les domaines de la vie :

Depuis 2003 et 2004, la loi française punit plussévèrement les agressions et les insultes lorsqu’elles sont motivées par l’homophobie. Depuis 2012 lorsqu’elles sont motivées par la transphobie. Elles sont tout aussi répréhensibles pénalement que les comportements racistes ou antisémites.

L’hétérocentrisme est l’ensemble des représentations et des valeurs faisant de l’hétérosexualité la norme unique à suivre en matière de pratique sexuelle et de vie affective. Il peut inclure la présomption que chacun est hétérosexuel ou bien que l’attirance à l’égard de personnes de l’autre sexe est la seule norme et donc est supérieure. L’hétérocentrisme fait référence aux privilèges des personnes hétérosexuelles aux dépens des gays, lesbiennes, et bisexuel-le-s.

Lire la suite
1 2 > >>